13 Avr

L’écoute

De nouveau à Londres pour travailler avec Alan Sharland sur la médiation et benchmarker nos pratiques ! J’en profite pour vous transférer un excellent article qu’Alan a rédigé sur l’écoute. Il n’y a rien à ajouter, la neutralité du médiateur s’exprime dès la première écoute…

En voici la traduction :

Ecouter

Le but de l’écoute dans la résolution des conflits n’est pas que l’auditeur obtienne «les faits» mais qu’il aide l’orateur à comprendre ses propres pensées et sentiments concernant le conflit destructeur dans lequel il est impliqué.

Si vous vous concentrez sur les faits, cela suggère que vous voulez prendre un certain niveau de contrôle de la situation afin de la résoudre pour l’orateur.

Vous ne pouvez pas résoudre le conflit destructif d’une autre personne, vous pouvez seulement l’aider à le résoudre lui-même.

Le poème suivant nous présente les caractéristiques de cette compétence importante :

 Ecouter

 « Quand je vous demande de m’écouter

Et vous commencez à donner des conseils

Vous ne faites pas ce que j’ai demandé.

 

Quand je vous demande de m’écouter

Et vous commencez à me dire pourquoi je ne devrais pas ressentir ça

Vous piétinez mes sentiments.

 

Quand je vous demande de m’écouter

Et vous pensez que vous devez faire quelque chose pour résoudre mes problèmes,

Vous m’avez déçu, aussi étrange que cela puisse paraître.

 

Ecoute ! Tout ce que je demande c’est que tu écoutes

Ne pas parler ou faire – juste m’entendre.

 

Et je peux faire pour moi-même. Je ne suis pas sans défense.

Peut-être découragé et chancelant, mais pas impuissant.

 

Mais quand tu acceptes comme un simple fait que je ressens ce que je ressens,

Peu importe à quel point c’est irrationnel, alors j’arrête d’essayer de te convaincre,

Et je peux me mettre au travail pour comprendre ce qui se cache derrière ce sentiment irrationnel.

 

Et quand c’est clair, les réponses sont évidentes et je n’ai pas besoin de conseil.

 

Alors s’il vous plaît écoutez et écoutez-moi, et si vous voulez parler,

Attends une minute pour ton tour, et je t’écouterai.

 Anonyme

Plus vous vous refusez à donner des conseils, des suggestions, des opinions, des interprétations, plus vous pouvez vous concentrer sur ce que le locuteur dit. Vous pouvez penser qu’ils vous parlent de leur conflit interpersonnel parce qu’ils veulent que vous le résolviez pour eux et ainsi vous pouvez sentir une pression pour trouver «les réponses» pour eux. Ils peuvent même penser que c’est la raison pour laquelle ils le font aussi.

Bien que vous puissiez donner des conseils sur la situation et que cela puisse vous sembler un bon conseil, vous ne résolvez finalement pas le problème pour eux, car ce sont eux qui devront donner ces conseils. Si cela fonctionne pour eux, que feront-ils la prochaine fois ? Ils viendront probablement à vous pour plus de conseils. De cette manière, la perte de pouvoir et la dépendance naissent. Et cela continuera probablement jusqu’à ce que les conseils que vous donnez ne fonctionnent pas. Vous risquez alors d’être considéré comme «responsable» de l’échec de vos conseils.

Tout au long de tout cela, cependant, l’orateur a été aveuglé par la prise de conscience que le conflit destructeur est le leur et qu’ils ont la capacité de le résoudre eux-mêmes. Et quand ils voient cela, ils peuvent également prendre la responsabilité de le résoudre et ne pas le transmettre à vous ou à quelqu’un d’autre. Alors pourquoi ne pas faire cesser la confusion et vraiment, vraiment, écouter dès le début et ne pas donner des conseils ou des suggestions ou des opinions ou des interprétations, qui impliquent que vous essayez de prendre en charge un conflit destructeur qui n’est pas le vôtre. Et cela implique peut-être que vous ne croyez pas que la personne peut résoudre son conflit destructeur par elle-même. Maintenant, n’est-ce pas juste un peu arrogant ?

Ne vous inquiétez pas, c’est bien de faire des erreurs. Elles sont une excellente occasion d’apprendre.

 

Share this

Leave a reply